Les fêtes solsticiales

Au cours d’une année, nous passons par deux solstices bien distincts.  Le solstice d’hiver (le 21 décembre) indique la phase ascendante du soleil dans le ciel.  Les jours commencent à s’allonger.

A l’inverse de cette phase, nous avons le solstice d’été (le 21juin) dont la phase descendante du soleil dans le ciel nous fait raccourcir nos jours pour voir grandir nos nuits.

 

 

Dans l’histoire romaine, ces fêtes étaient symbolisées par « Janus » ( porte ) c’était le dieu à deux visages.   Chaque visage regardant une phase bien précise du soleil (phases ascendante et descendante).  Ces deux   phases représentaient deux portes dont Janus en était le gardien avec les deux clés.
 

 

 

 

Une clé d’Or, celle qui ouvre la porte vers la lumière, la connaissance, le savoir spirituel marquée par la phase ascendante du soleil.  On pourrait penser que la clé d’Or est associée au soleil, l’Or = la couleur du soleil contrairement à l’autre clé.
  

 

 

 

 

La clé d’Argent qui ouvre la porte de l’ignorance spirituelle, de la pénombre, de l’inconnu marquée par la phase descendante du soleil.  Cette clé d’Argent pourrait très bien être associée à la couleur de la lune.

 

 

Grâce à ces deux clés, Janus est l’initiateur aux mystères.

Une clé ouvrant la porte des hommes, c’est celle du solstice d’été, celle de la remise en question de l’être humain.

L’autre clé ouvrant la porte des dieux, c’est celle des grands mystères qui mène l’être de l’état humain à l’état supra humain.

Janus présidait aux « Collegia Fabrorum », c’était les corporations des métiers du monde antique.  Les bâtisseurs transmettaient leur savoir faire à des disciples qui devaient posséder des aptitudes pour le travail et surtout ils devaient posséder des aptitudes leur permettant d’être initié aux mystères.

 

La tradition antique de l’initiation s’est transmise au monde chrétien.  Nous la retrouvons même au moyen âge dans des corporations de constructeurs et du compagnonnage (artisans, verriers, tailleurs de pierre, sculpteurs, peintres, charpentiers, menuisiers, forgerons…)  Ils eurent les deux Saint Jean comme patrons.

 

 Nous avons Saint Jean d’hiver qui n’est autre que Jean l’Evangéliste fêté le 27 décembre et associé au solstice d’hiver.

Et nous avons également Saint Jean d’été représenté par Jean le Baptiste fêté le 24 juin et associé au solstice d’été.

 Jean le Baptiste était, avec Jésus, l’un des innombrables maîtres qui pullulaient en Orient et surtout en Palestine.  Jean le Baptiste s’est effacé devant la venue du Sauveur comme en témoigne les évangiles : « Il faut qu’il croisse (Jésus qui est né au solstice d’hiver) et que je diminue (Jean le Baptiste né au solstice d’été) », en pleine conformité avec les deux phases ascendante et descendante du soleil.

 

Nous fêtons toujours le solstice d’été et pourquoi pas le solstice d’hiver ?